A été correctement ajouté à votre panier

Panier

Et si on parlait de flexibilité, par Coach Carole Déziel, Pro

Par Décembre 9, 2018 mars 20th, 2020 BNI, Conseils, Santé

Bien souvent l’on ne parle, ni ne discute de flexibilité, d’étirements comme l’on peut parler de musculation, d’efforts et de cardio. Ce n’est pas un sujet « hot » et très viril ou intense alors c’est le moment d’en parler….

La flexibilité est ce qui permet à ton corps de faire et d’avoir des mouvements plus fluides, plus souples et avec une plus grande amplitude….diminuant par le fait même les risques de blessures de muscles qui n’ont jamais subis d’élongation.
Malheureusement, la flexibilité est un peu la risée de la salle de musculation, l’on s’en manque et l’on ne réalise pas son impact sur sa progression musculaire tant qu’on ne l’a pas expérimenté. Elle est pourtant l’élément clé d’une performance musculaire et sportive, là bien sûr ou son importance se fait davantage sentir…ne serait-ce qu’en art martial, en gymnastique, en haltérophilie et même au hockey (gardien de but, par exemple).

Le manque de flexibilité ou la perte progressive de cette dernière, diminue grandement l’amplitude articulaire même dans les gestes du quotidien, diminue la mobilité et la fluidité des mouvements et des déplacements (surtout chez les aînés).

Il y a un préjugé qui colle à la flexibilité comme une tache, c’est de prétendre que la flexibilité nuit à la musculation. Il faut apporter une nuance : il est toutefois déconseillé de faire des étirements juste avant un entraînement musculaire ou même une compétition car la force déployée après étirement est diminuée dû à un processus physico-chimique et nerveux (l’élaboration de ce concept n’est pas le but de cet article). Et cette perte de force a été quantifiée, elle est de l’ordre de 5 à 20%….quand même.

Se souvenir que la force maximale des fibres musculaires est à son maximum quand elle est normale et donc n’a pas subi d’élongation. Donc, étirement à la fin d’un entraînement en salle ou après son sport. Les étirements intensifs et excessifs nuisent aux fibres musculaires au niveau de leur contractilité par épuisement du système nerveux central car trop sollicité.

Différents types d’étirements existent :
1) Étirement statique (le plus utilisé). Gardez la position un certain temps (étirement des quad)
2) Étirement dynamique dans un mouvement en continu (rotation des épaules)
3) Étirement balistique, mouvement avec rebond (élévation latérale de la jambe sur poulie).
4) Étirement avec charge qui entraine de la résistance (fly pour les pect avec élastique).

Ce ne sont que quelques exemples mais un fait demeure tu peux garder ta souplesse, ta flexibilité même si tu es très musclé mais il faudra s’étirer après les entraînement car on aura de la difficulté à se gratter dans le dos ou à se croiser les jambes.

Pour finir, les étirements exécutés à la fin, diminuent les courbatures qui pourraient survenir après un entraînement intense, long et parfois ayant de nouveaux mouvements qui demanderaient plus d’amplitudes.
Plusieurs articles m’ont intéressé mais un livre que j’aime beaucoup, en parle avec beaucoup de clarté.
Mythes et Réalité sur la musculation de Martin Lussier et Pierre-Mary Toussaint, les Éditions de l’Homme