A été correctement ajouté à votre panier

Panier

L’indice inflammatoire de l’alimentation et les fonctions cognitives

Par Décembre 9, 2018 mars 20th, 2020 BNI, Nutrition, Santé

ASSOCIATION À LONG TERME ENTRE L’INDICE INFLAMMATOIRE DE L’ALIMENTATION ET LES FONCTIONS COGNITIVES.

Contexte : Certaines données montrent l’existence d’un rapport entre l’inflammation générale et le déclin cognitif. En effet, des chercheurs ont mis en évidence un lien entre l’inflammation générale dans l’organisme et l’inflammation du tissu nerveux dans le cerveau.

L’inflammation neurologique contribue aux lésions neuronales, et ces lésions peuvent mener à une perturbation des fonctions cognitives. Une hypothèse a été émise selon laquelle la contribution de l’alimentation à l’inflammation générale conduit à une inflammation dans le cerveau, ce qui altère ensuite les processus mentaux et la mémoire.

Objectif : Cette étude avait pour but d’établir s’il existe un lien entre un régime alimentaire pro-inflammatoire chez des personnes d’âge mûr et un déclin des facultés cognitives plus tard dans la vie.

Méthodologie : De 1994 à 2002, une étude française (étude SU.VI.MAX, pour supplémentation en vitamines et Minéraux anti-oxydants) a permis d’évaluer l’apport alimentaire d’hommes et de femmes d’âge mûr qui ont rempli un journal alimentaire de 24 heures à quatre reprises aléatoirement réparties sur une année. L’étude actuelle a servi à évaluer les fonctions cognitives de 3 080 de ces participants environ 13 ans après l’étude initiale. Les scores que les participants ont obtenus aux tests cognitifs ont ensuite été comparés à la quantité d’aliments à effet inflammatoire dans leur alimentation 13 ans plus tôt, au début de l’étude. Six tests cognitifs ont été effectués; en outre, les liens avec le régime alimentaire ont été analysés à l’aide de deux modèles : un premier tenant compte seulement de l’âge et du sexe; un deuxième tenant compte de l’âge, du sexe et de 12 autres variables.
Résultats : Sur le plan des tests individuels, des associations importantes ont été constatées pour trois des six tests lorsque toutes les variables étaient contrôlées : une première pour le test de rappel avec indices (mémoire) et deux autres pour le fonctionnement verbal. Le regroupement des résultats de l’ensemble des six tests a mis en évidence une association importante entre un régime alimentaire pro-inflammatoire à l’âge mûr et le fonctionnement cognitif global 13 ans plus tard.

Conclusion : Il pourrait y avoir un lien entre un régime alimentaire pro-inflammatoire à l’âge mûr et un déclin cognitif plus tard dans la vie.

Mise en perspective des résultats : L’inflammation générale dans l’organisme, qui est un facteur de risque de maladie, dépend de plusieurs facteurs. Cette étude visait à vérifier l’existence d’un lien entre l’inflammation générale liée au régime alimentaire et les fonctions cognitives. À cette fin, d’autres facteurs pouvant avoir un effet sur l’inflammation ont été contrôlés; une corrélation étroite entre un régime alimentaire pro-inflammatoire et le déclin cognitif plus tard dans la vie a été mise en évidence. En conclusion, le fait de mettre l’accent sur une alimentation riche en aliments entiers, en fruits, en légumes, en noix et en graines peut contribuer à diminuer l’inflammation dans l’organisme.

Kesse-Guyot, E., Assmann, K. E., Andreeva, V.A., et al. European Journal of Nutrition (2016), 1-9.