Stress : Un des trois maux du siècle

avril 11, 2021

Avec les problèmes de sommeil et l’inactivité physique, la gestion du stress est un gros fardeau dans notre monde. Depuis ces problèmes peuvent s’en découler plusieurs autres : désordres métaboliques, hormonaux, immunitaires … ou si vous préférez, syndrome métabolique, diabète, inflammation, perte de masse musculaire et osseuse (risque de fracture) … Je ne dis pas que les autres problèmes comme une mauvaise digestion n’est pas un problème, mais quand on dit que 1/3 des Canadiens a des troubles de sommeil, que la moitié de la population qui est en surpoids ne s’entraîne pas et que pratiquement tout le monde souffre du stress, qu’importe sa forme … C’est assez prédominant disons en plus d’être promoteur à certaines conditions comme l’obésité.

Si je reprends un des exercices que je donne le plus aux gens, le ‘’health box’’, on comprend que le stress peut venir de plusieurs endroits. Question de vous faire un rappel de ce qu’est le ‘’health box’’, imaginez ce qui suit

Votre santé est représentée par un carré.

Il y a une flèche qui part de l’extérieur du carré pour aller dans le carré : les intrants

Il y a une flèche qui part de l’intérieur du carré pour aller vers l’extérieur du carré : les sortants

L’environnement autour du carré qui a un gros impact tout ce qui se passe dans le carré.

Le carré, c’est vous. Si tout se passe bien, que toutes vos variables de santé sont optimales (et pas juste dans lesdites normes), que vous êtes heureux, en paix, en bon équilibre nerveux, hormonal, immunitaire, digestif, etc. La gestion physiologique du ‘’stress’’ va super bien… ce qui es le cas, de façon optimale, d’approximativement 13% des Canadiens qui sont en bonne santé métabolique. Donc, déjà la majorité de la population n’a pas la ‘’machinerie’’ dans un état optimal pour être capable de gérer autant ou de façon intense des stress de la vie courante.

Comment le corps gère-t-il le stress ? Vouloir répondre à cette question, il faudrait faire au minimum une thèse de doctorat … c’est excessivement complexe, surtout dépendamment de l’origine du stress. Si on parle d’un stress psychologique, inflammatoire ou d’une dégénérescence articulaire, les processus ne sont pas exactement tous les mêmes. Cependant, certains mécanismes reviennent.

La production et sécrétion accrue de cortisol, notre hormone d’adaptation et de survie, survient. Le cortisol a plusieurs fonctions : Augmentation de la glycémie (pour rendre l’énergie disponible en cas de ‘’fight or flight’’), affecte le système immunitaire pour prévenir l’inflammation surexagérée, affecte la filtration rénale et l’équilibre des électrolytes (de sorte que le corps soit en état de faire les contractions musculaires nécessaires pour réagir) …

La problématique est qu’une ‘’dominance’’ chronique en cortisol entraîne d’autres effets : Dégradation des protéines et gras comme sources d’énergie, oxydation, déficiences en nutriments, affaiblissement du système immunitaire, réduction de la formation d’os, réduction de la formation de collagène, nuire à la digestion et au sommeil, déséquilibres hormonaux…

Bref, le stress aigu est une bonne chose en nous permettant d’évoluer, mais le stress chronique nous épuise et nous nuit.

À partir d’ici, consulter un professionnel de la santé est la meilleure suggestion que je puisse vous faire. L’autre suggestion ici est de travailler sur la perception des stress : si on voit une tâche grosse comme une montagne, on souffre davantage plus de stress psychologique imaginaire que du stress lui-même.

Maintenant, regardons les intrants nuisibles : autant qu’on puisse vouloir optimiser notre corps à mieux gérer tous les types de stress que si on en a juste trop dans la vie, on ne s’en sortira pas.

Ici, il existe plusieurs types d’intrants nuisibles (apports en stress) : autant le réveil matin est un stress que le traffic, les conflits avec le patron ou la conjointe, les rentrées/sorties d’argent … Évidemment, ils ne sont pas tous perçus pareils, ni tolérés de la même façon.

Les sources de stress les plus communes, selon le MSSS du Québec sont : 1) Les activités principales (emploi) 2) Les problèmes financiers 3) Santé familiale 4) Responsabilités 5) Contrainte de temps 6) Autres 7) Santé Physique 8) Relations interpersonnelles 9) Sécurité 10) Santé mentale

Vouloir détailler et offrir des outils pour chacun de ces stress seraient une tâche difficile considérant qu’on n’a pas toute la même vie. Cependant, certaines tendances reviennent souvent chez les gens.

Si on regarde les activités principales (l’emploi), celui-ci correspond en moyenne à 40h/168h par semaine des gens, ce qui représente 24% de la semaine. Donc, le quart de notre semaine consiste à travailler.

Il y a divers facteurs, entre autres à savoir si on aime le travail, l’ambiance, les conditions, les responsabilités, les collègues, si le travail permet de se dépasser tout en offrant de belles opportunités de carrière, si vous êtes capable de laisser le travail au travail ou si celui-ci déborde sur votre vie personnelle pour finalement devenir la majorité de votre temps, etc., qui peuvent jouer sur notre gestion du stress par rapport à celui-ci.

C’est en détaillant de cette façon chacun de ces points que vous pourrez voir où sont les problèmes et vous permettrez d’établir des plans pour les améliorer.

Poursuivons avec les sortants. Ici, je ferai plus références à la façon dont vous gérez votre stress (est-ce que vous vivez de sorte que vous êtes capable de récupérer, de vous reposer ou vous vous fatiguer davantage ?). Je veux dire par là que si pour vous, gérez votre stress implique de vous défoulez à faire la fête à tous les soirs jusqu’à 3h du matin, avoir une nuit de 3-4 h, ce n’est pas la meilleure façon de récupérer… C’est brûler la chandelle par les 2 bouts. Donc, assurez-vous d’avoir un bon mode de vie qui vous permet de vous reposer adéquatement : 8-9 h continues de sommeil la nuit, des repas réguliers remplis d’aliments naturels, nutritifs, le moins transformés et raffinés possible, prendre du temps pour soi-même, s’entraîner 30minutes/jour ou 3x 1h par semaine à intensité modéré-intense au moins…

Un exercice simple que vous pouvez faire est de faire un tableau en 3 colonnes. La colonne de gauche, inscrivez-y ce que vous souhaitez dans la vie. La colonne du milieu, inscrivez-y comment vous vivez. La colonne de droite, inscrivez-y vos solutions et outils que peuvent vous aider à apporter ces changements.

Si votre objectif est de faire la fête le soir, faut vivre en conséquence pour bien récupérer et être en bonne santé à long terme. Si votre objectif est d’avoir un corps d’athlète, oubliez les fêtes tardives à n’en plus finir.

Pour ce qui est de l’environnement, j’ai plus tendance à faire référence ici à ce qui est externe à vous, ce dont vous n’avez pas de contrôle : l’environnement, la politique, vos relations …

Si vous êtes en amour avec une personne et que votre relation est superbe, vous allez être heureux. Si vous êtes en amour avec une personne qui ne vous aime pas, cela peut devenir malaisant.

Si vous avez une opinion sur une gestion de crise et que la politique va à l’envers ou que vos proches n’adhèrent pas à votre opinion jusqu’à engendrer des conflits, cela peut occasionner du stress.

Outres apprendre à s’adapter en affaire et personnellement, malheureusement, c’est le genre d’aspects que vous ne pouvez changer, vous ne pouvez que changer votre perception et façon de vivre face à tout ceci.

Donc, si je fais le topo de tout ce que j’ai écrit ci-dessus

Carré = Votre santé qu’on peut optimiser : Consultez un professionnel de la santé

Intrants = Les sources de stress qu’on peut prévenir : Diminuez tout ce qui vous dérange le plus possible de façon la plus permanente possible

Sortants = Votre mode de vie que vous pouvez améliorer : Assurez-vous d’un bon mode de vie et de vivre en conséquence de ce que vous souhaitez réellement

Environnement = Apprendre à s’adapter en fonction de ce dont vous ne pouvez contrôler : Faîtes de la méditation, apprenez à devenir zen, au besoin consulter un professionnel qui saura vous guider (PNL, relation d’aide, psychologie, coaching …).

Pour finir cet article, si vous recherchez 2 (parmi plusieurs bons) suppléments qui peuvent être intéressants dans votre gestion du stress chronique, les voici :

Le magnésium est un des minéraux les plus demandés dans notre corps, impliqué entre autres dans la relaxation, mais c’est aussi un des minéraux les plus carencés. Si vous êtes sportifs, stressés et ‘’bibittes à sucre’’, votre demande en magnésium est plus importante encore !

La majorité des gens qui en prennent avant dodo trouvent qu’ils dorment mieux.

Ce n’est pas un supplément relaxant, mais la vitamine C a bien d’autres avantages sur la santé tels aider à stabiliser les niveaux de cortisol, de glycémie chez les diabétiques, aider à l’humeur et à la dépression, précurseur de collagène (soutient à la peau et aux articulations), soutient immunitaire et cardiovasculaire … Bref, cette vitamine antioxydante, peu dispendieuse, peut venir supporter plusieurs aspects impactés par le stress chronique qui est oxydant.

Charles Vaillancourt

Naturopathe Agréé (ND.A.), Neurothérapeute NeuEra (NT), Entraîneur (PT)

Sélectionnez votre devise/Select your currency
USD Dollar américain